PARTICIPANTS : LYCEE TEVFIK FIKRET A ANKARA

Une expérience depuis 15 ans

Silence, on lit ! bénéficie de l’expérience des 15 ans de temps de lecture du lycée Tevfik Fikret que raconte Ayşe Başçavuşoğlu qui l’a mis en place : « La première année, la durée du temps de lecture avait été fixée à 10 minutes. Au terme de cette première année les élèves ont demandé de la passer à 15 minutes. Elle est depuis restée à 15 minutes.

Il y a bien eu quelques obstacles au départ ; il a fallu vaincre la réticence de certains professeurs qui craignaient que les élèves ne se prêtent pas au jeu et ne respectent pas cette interruption quotidienne de leurs activités pour une pratique inhabituelle dont ils ne souhaitaient pas qu’elle entache l’entente entre les professeurs et les élèves. Certains redoutaient une résistance forte de la part des élèves. Mais il n’y avait pas d’opposition de principe, juste des interrogations.

Effectivement, certains élèves refusaient de lire, d’autres oubliaient systématiquement leur livre. Certains élèves de Terminale qui avaient l’examen sanctionnant leur vie scolaire à la fin de l’année voyaient cette pratique comme une perte de temps dans un agenda très chargé. Convaincus qu’il y avait là un enjeu important, nous avons opposé notre détermination ; rapidement la majorité a pris plaisir à cette pratique et au bout d’un mois c’était devenu un rituel auquel tout le monde (élèves, professeurs, personnels) sacrifiait avec enthousiasme.

Tout le monde lit !

Au tout début les professeurs faisaient un tour de classe pour s’assurer que tout le monde avait un livre. Assez rapidement c’est devenu inutile et aujourd’hui, sans qu’il soit besoin de contrôle, tout le monde lit pendant le temps de lecture. Dès le départ tout le lycée a été concerné et le projet, après avoir été débattu avec le corps enseignant, a été présenté au personnel, aussi bien l’administratif que celui en cuisine, au ménage ou en charge de la sécurité : il leur a été demandé de respecter un silence absolu pendant ce moment, même s’ils n’avaient pas envie de lire, et nous leur avons servi de modèle. Au bout d’un certain temps nous avons noté qu’ils avaient commencé à lire.

Nous avons choisi de placer le temps de lecture quotidien à 13h35, au moment où se termine la pause-déjeuner. C’est plus d’une heure après les cinq périodes de cours pendant lesquelles les élèves sont concentrés, et c’est la fin de la pause pendant laquelle ils ont dépensé de l’énergie, ont joué, mangé, parlé, couru, transpiré, crié… C’est en même temps un moment pour se retrouver seul avec soi-même et une préparation à la concentration nécessaire aux cours qui vont venir.

En ce qui concerne les livres ; on ne peut lire ni journal, ni revue, ni manuel scolaire, ni tablette, ni écran d’ordinateur ou de téléphone. On doit lire un livre papier, quelle que soit sa langue, son sujet ou sa forme littéraire et le seul domaine que nous avons exclu est la pornographie. La bande-dessinée est autorisée et de manière intéressante nous avons constaté que beaucoup d’élèves qui semblaient s’intéresser exclusivement à la BD sont aussi passé à la lecture de livres. Il n’y a pas de programme, de thème ni de contrôle bien sûr : juste la liberté et le plaisir.

En principe pratiquement tous nos élèves possèdent des livres, mais nous avons veillé à ce qu’il n’y ait pas de discrimination venant de l’incapacité ou de la difficulté pour certains parmi les élèves, les professeurs ou le personnel, à acheter des livres, et nous avons enrichi une bibliothèque qui existait déjà et qui comporte aujourd’hui plus de 20.000 titres.

La lecture a changé les rapports

Ce temps de lecture a changé les rapports entre professeurs et élèves, en raison des échanges libres qu’ils ont sur leurs lectures, des conseils qu’ils se donnent les uns les autres, et cela leur permet de sortir du rapport d’autorité-subordination habituel. Comme il n’y a pas de note ni de jugement au terme de ces échanges, cela encourage donc la prise de position, l’expression libre, l’exposition de sa sensibilité et de ses goûts. Évidemment ce temps de lecture a des effets bénéfiques pour tout le monde, pour les adultes comme pour les jeunes : il renforce les capacités de concentration, favorise la curiosité, développe la culture, l’enrichissement lexical, le plaisir de lire, l’attention, la créativité, la capacité d’analyse, de synthèse et de jugement il accélère la maturité des jeunes, contribue à l’amélioration de l’expression écrite et orale. Tous les jours nous partageons tous ce moment de silence et de solitude salutaire, et cela crée un lien unique.

Et les parents des élèves sont les premiers à encourager cette pratique dont ils retrouvent également des bénéfices à la maison, notamment dans la capacité que les enfants ont de s’occuper autrement qu’en regardant la télévision ou en s’absorbant dans les écrans de leurs téléphones, ordinateurs et autres tablettes. »

des liens vers le site du lycée http://ankara.tfo.k12.tr/

le site Label France Education http://labelfranceducation.fr/fr/etablissements/ecole-et-lyc%C3%A9e-tevfik-fikret-ankara

le blog des élèves https://lesenfantsdekafka.com/